Inventaire d'enquêtes Demostaf

Information sur la citation

Type Livre
Titre Les obstacles à la vaccination universelle des enfants des pays en développement : Une étude de cas en zone rurale au Sénégal
Auteur(s)
Publication (Jour/Mois/Année) 1992
Editeur Paris : Laboratoire d'Anthropologie biologique (URA 49 du CNRS). , Muséum national d'Histoire naturelle. Institut national d'Etudes démographiques. 1992.
Résumé
L'objectif poursuivi par l'UNICEF, depuis les débuts du PEV (programme élargi de vaccination) en 1974 était : "80 \% des enfants vaccinés en 1990". Si au niveau mondial ce chiffre a été atteint, il reste des points faibles, comme l'Afrique. Au Sénégal, par exemple, la couverture vaccinale n'est que de 60 \% en 1992, en partie à cause des zones rurales où peu d'enfants sont vaccinés. Le PEV est organisé sur un double mode dans ce pays : les centres de santé vaccinent les enfants des villes et ceux des villages situés à moins de 15 km d'un centre de santé, et des équipes mobiles sont responsables de la vaccination dans les villages plus éloignés. Afin de déterminer quels sont les obstacles au PEV en région rurale, une enquête de couverture vaccinale a été effectuée en février 1992 dans la zone de Bandafassi, au Sénégal. Cette zone d'étude, située dans le département de Kédougou, dans la région de Tambacounda, rassemble 6078 personnes réparties en 23 villages ; elle fait l'objet d'une surveillance démographique depuis 1975. L'enquête de 1992 a permis de mesurer le niveau et l'évolution de la couverture vaccinale de cette zone, de décrire en détail les variations de la couverture d'un village à l'autre et d'en comprendre l'origine. Il en ressort que 41 \% seulement des enfants de 1 à 10 ans sont complètement vaccinés au 1er février 1992 dans cette zone. Mais cette proportion varie selon les villages, en relation essentiellement avec leur difficulté d'accès : un enfant a d'autant moins de chance d'être vacciné qu'il habite un village éloigné du poste de santé, et situé en altitude. L'évolution de l'effort vaccinal s'avère différente selon la situation géographique des villages. La cause principale en est le non-fonctionnement des équipes mobiles, qui n'assurent pas de séances de vaccination dans les villages éloignés, comme cela avait été prévu. Ce défaut dans les structures et doublé par l'attentisme des habitants qui ne se déplacent pas pour aller faire vacciner leurs enfants dans d'autres villages lorsque des séances de vaccination y sont organisées.

Études utilisées

»
Desgrées du Loû, and Pison. Les obstacles à la vaccination universelle des enfants des pays en développement : Une étude de cas en zone rurale au Sénégal. : Paris : Laboratoire d'Anthropologie biologique (URA 49 du CNRS). , Muséum national d'Histoire naturelle. Institut national d'Etudes démographiques. 1992., 1992.
Powered by NADA 4.3 and DDI