Inventaire d'enquêtes Demostaf

Information sur la citation

Type Revue - Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris
Titre Actualités de la rougeole et de ses épidémies au travers des recherches récentes menées en Afrique de l'Ouest
Auteur(s)
Numéro 3
Publication (Jour/Mois/Année) 1998
Numéros de page 443
Résumé
News about measles and its epidemics through recent research in west Africa Summary: Measles is relatively harmless in the industrialized countries. However, worldwide, it is the third cause of infant and child mortality after diarrhoea and respiratory infections. According to WHO statistics, the disease kills 1 million children per year. The high case fatality rate of measles is usually thought to be due to malnutrition. This view has been contradicted by recent studies in West Africa which have shown little or no relation between nutritional status and severity of measles. However, other factors seemed to be important: overcrowding and exposure. Secondary cases, i.e. those children who have been infected within their house, usually from a sibling, have a more severe disease and their case fatality rate is higher than index cases, Le. those children who were the first to be infected within the household. A second factor has also been discovered: the sex of the source of infection. The disease is more severe, and the risk of dying is higher, when measles is contracted from someone of the other sex — i.e. the disease is transmitted from a boy to a girl or the opposite, from a girl to a boy — than when measles is contracted from someone of the same sex — i. e. the disease is transmitted from a boy to another boy or from a girl to another girl. The epidemiology of measles in Africa is illustrated by results from the population observatory of Bandafassi in Senegal. Résumé. — La rougeole est une maladie bénigne. Elle est pourtant redoutée dans les pays pauvres car elle y cause de nombreux décès. L'OMS estime qu'un million d'enfants meurent chaque année de cette maladie dans le monde, ce qui en fait la troisième cause de décès d'enfants après la diarrhée et les infections respiratoires. Il était admis encore récemment que seuls les enfants malnutris mouraient de rougeole. Or des recherches menées au cours des quinze dernières années, principalement en Afrique de l'Ouest, ont mis en évidence deux facteurs de gravité de la rougeole passés jusqu'ici inaperçu et expliquant mieux pourquoi la rougeole est parfois grave au point de mettre la vie des enfants en danger, et pourquoi de tels cas sont plus fréquents dans certaines régions et à certaines époques. Le premier facteur est la promiscuité : deux types de contagion sont apparus différant par la gravité de la maladie qui en résulte : la contagion entre enfants de familles différentes et celle entre enfants de même famille ; la première est moins dangereuse que la seconde. Le deuxième facteur fait intervenir le sexe : la maladie est plus grave — et le risque d'en mourir deux à trois fois plus élevé — si la contagion se fait entre individus de sexes différents — si par exemple un garçon contamine une fille, ou, à l'inverse, une fille contamine un garçon — que si elle a lieu entre individus de même sexe — un garçon contaminant par exemple un garçon, ou une fille contaminant une fille. L' epidemiologie de la rougeole en Afrique et le rôle de ces deux nouveaux facteurs sont illustrés à l'aide de résultats obtenus dans l'observatoire de population de Bandafassi au Sénégal.

Études utilisées

»
Gilles Pison,. "Actualités de la rougeole et de ses épidémies au travers des recherches récentes menées en Afrique de l'Ouest." Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris , no. 3 (1998).
Powered by NADA 4.3 and DDI